LE MAGAZINE DU FLE
 

onze + treize =

Le Magazine du FLE

Accueil > Le Magazine du FLE > Les accords interuniversitaires internationaux (2)

PARTAGER

Types d'article :

Les accords interuniversitaires internationaux (2)

Dispositif de formation hybride dans le cadre d’un partenariat franco-chinois

Par Jean-Louis Greffard, CUEF – Université de Perpignan

Alors qu’ils ne représentaient que 1,12% des étudiants étrangers en 1998, les apprenants sinophones constituent aujourd’hui le 1er groupe d’étudiants non-francophones dans les universités françaises. L’afflux des étudiants chinois n’a pas été sans interroger l’institution universitaire sur les conditions d’accueil et d’accompagnement de ce public d’apprenants. C’est dans ce contexte que l’université de Perpignan en partenariat avec l’Université Normale du Henan a opté pour la mise en place d’un dispositif de formation en amont de l’arrivée des étudiants chinois au sein de ses filières d’enseignement.

Ce programme de formation conjointe relève d’une volonté institutionnelle d’accueillir les étudiants dans une mobilité encadrée au sein d’un partenariat interuniversitaire.  Il s’agit de répondre aux difficultés spécifiques et aux situations d’échec rencontrées par les apprenants sinophones inscrits dans les cursus universitaires en France. Une telle politique de recrutement s’inscrit dans le suivi des recommandations formulées dès 2009 par la Conférence des présidents d’université pour qui « les partenariats avec les établissements chinois doivent être une priorité de manière à offrir de meilleures conditions de réussite aux étudiants en France.» [1]

C’est bien l’objectif de ce dispositif de formation hybride qui se décline en deux volets. Le premier vise à faciliter l’intégration des étudiants chinois préalablement à leur arrivée en France par l’intervention, trois fois par an en Chine, d’enseignants issus des composantes (LSH et IAE) qui accueilleront ultérieurement les étudiants à Perpignan. Ces échanges en présentiel permettent d’établir des liens et des repères favorisant la mise en place d’une compétence relationnelle nécessaire à l’insertion des apprenants dans leur futur cadre de vie étudiant en France. Le second volet, mené par un enseignant du département d’Etudes françaises de Perpignan, réside en une formation à distance (emploi de la plateforme d’apprentissage en ligne Schoology) où les étudiants chinois, engagés à interagir en français, sont conduits à développer l’aptitude à l’autonomie et au travail collaboratif, compétences qui leur seront essentielles dans la poursuite des études universitaires en France.

 

[1] CPU (2009) « Position de la CPU sur les procédures d’admission des étudiants chinois dans les universités françaises », [en ligne : http://www.cpu.fr/wp-content/uploads/2013/08/PositionCPUadmission_etudiants_chinois_2805091.pdf  – Consulté le 31mars 2017].

Se re-connaître excentrique


Thèmes : Dispositifs

PARTAGER